New Information & communication technologies


Pourquoi est-ce une priorité?


Face à des maladies complexes, capables de muter très vite et de se répandre comme une traînée de poudre, le nerf de la guerre, c’est l’information.

Aujourd’hui, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (téléphones portables, ordinateurs et Internet) permettent de traiter en temps réel les informations sanitaires et de faire remonter très rapidement les données épidémiologiques. Ce sont des outils cruciaux d’aide à la décision.

 


Quelle est sa valeur ajoutée?


  • Une mutualisation des moyens et des compétences permettant d’équiper et de former aux NTIC des professionnels de la santé des Etats membres.
  • Des systèmes de surveillance rendus plus ables et réactifs, ce qui améliore l’e cacité de la prévention et de la réponse aux épidémies.
  • Grâce à la téléphonie et internet, une remontée d’informations plus rapide depuis les centres de santé et les hôpitaux vers le niveau central.

 


Faits et chiffres clés


Instauration d’une plateforme Internet pour le partage et l’accès aux informations sanitaires Aux Seychelles un portail web a été développé permettant aux 34 centres de santé et aux services hospitaliers de saisir leurs données de surveillance directement sur internet
Projet E-Santé dans le Sud de Madagascar, avec la transmission de données par SMS de 300 centres de santé de bas

"Surveillance électronique» des maladies animales avec des services vétérinaires équipés de Smartphones? Une application mobile permet de saisir des données sur les sites d’élevage et de les transmettre en temps rélle pour analyse. En cas de maladie déclarée, le ministère peut réagir plus vite.

Le système est opérationnel à Madagascar, aux Comores et à Maurice depuis début 2016 et le sera aux Seychelles courant 2016

 


Et demain?


La généralisation de l’usage des NTIC est un accélérateur potentiel de changements, et un gisement d’opportunités, pour améliorer la collecte et la transmission des données épidémiologiques, accroître les moyens d’alerte, de prévention et de riposte.

Aujourd’hui devenue un bien de consommation courante, la téléphonie mobile pourrait être davantage exploitée pour faire de chacun non seulement un acteur de sa propre santé, mais également de celle des autres habitants de la région.

 

Top